Loading

6 points à vérifier avant d’acheter un appartement

Le secteur immobilier espagnol sort doucement de la crise. Les ventes de biens sont de plus en plus nombreuses en Espagne (+20% en juin 2016, par rapport à juin 2015). Les prix augmentant aussi, c’est donc le bon moment pour investir dans un appartement, et notamment à Valence.

Cependant, avoir l’argent nécessaire n’est pas suffisant à l’heure d’investir. Encore faut-il choisir le bien avec discernement.

Pour cela, il y a 6 points qu’il ne faut pas négliger avant de faire son choix.

Obtenir le plus d’informations possibles sur le logement

Ils existent de nombreux documents que le futur acquéreur doit avoir en sa possession, avant de se décider.

  • Obtenir la « nota simple del Registro« , ceci permet de vérifier que le bien n’est pas gagé,
  • La certification énergétique,
  • Les statuts de la communauté de propriété,
  • Les 3 derniers reçus des charges de copropriété,
  • Le dernier reçu de l’IBI (équivalent de l’impôt foncier),
  • Information sur la dernière ITE du batiment (le controle technique du batiment). Tout les 10 ans, les édifices doivent être contrôlés, pour repérer des problèmes de structures (façade, toiture,..), de salubrité (étanchéité, installations..). Le bâtiment doit alors obtenir un avis favorable. Si cela n’est pas le cas, les copropriétaires devront mettre en œuvre des travaux pour se mettre en conformité.
  • Si il existe des « derramas » (frais imprévus) en attente. Cela découle souvent d’un avis défavorable de l’ITE, mais aussi une réparation de l’ascenseur, la rénovation du système électrique, etc. Bref des frais qui dépassent le budget prévu de la copropriété et qui oblige à solliciter une participation à l’ensemble des copropriétaires. Il est donc recommandé de demander au vendeur, le certificat de dettes de la copropriété. Si il y a des dépenses prévues, elles doivent être indiquées dans ce document.

Passer l’appartement au peigne fin

Il est recommandé que le futur acheteur vérifie l’état du bien. C’est à dire le bon fonctionnement du système électrique, le gaz, le chauffage, les tuyauteries, robinets. Il peut demander les dernières factures des réparations effectuées. Si par malheur, on découvre après l’achat, un vice caché, il est possible de demander réparation. L’acheteur dispose d’un délai de 6 mois à partir de la date d’achat du bien.

S’assurer qu’il n’y a pas de problème d’humidité

Au premier coup d’œil, il faut donc inspecter l’appartement pour détecter des problèmes éventuels d’humidité. Il est important de s’assurer que l’appartement dispose d’un bon système d’imperméabilisation, de ventilation. Il est également possible de faire réaliser une étude thermographique du bien.

Des rénovations sont-elles prévues ?

Il faut se mettre en relation avec le responsable de la copropriété. On en revient au problème des frais imprévus, pour des travaux de rénovation dans la copropriété.

Fuir les charges communautaires excessives

Il faut faire attention, les charges communautaires peuvent être très élevées. Soit car elles sont réparties entre très peu de copropriétaires, soit car l’immeuble dispose de services luxueux (piscine, salle de gym, padel, tennis). Ce qui peut avoir une influence sur la rentabilité du bien.

Comment est le voisinage ?

Est ce qu’il y a des voisins qui ont des problèmes pour payer les charges communautaires ? Tel voisin est-il bruyant, ingérable ? Un appartement peut être nickel, mais vivre dedans est un vrai calvaire à cause du voisinage (dans ou en dehors de l’immeuble).

Ces quelques points peuvent faire la différence entre un bon investissement et un cauchemar immobilier. Il vaut mieux prévenir que guérir.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.