Loading
Vue depuis la terrasse.

Portraits d’expatriés : Véronique Robitaille

Dans notre rubrique Portraits d’expatriés, nous donnons la parole à des expatriés venus s’installer sur Valencia et ses alentours.

Chacun vivant l’expatriation différemment, je trouve qu’il intéressant de comparer les expériences et le ressenti de chacun. De plus, ces témoignages peuvent également apporter des réponses aux visiteurs qui hésitent à franchir le pas.

Cette semaine, c’est Véronique, une québécoise, qui accepte gentiment de témoigner.

Elle et son mari Emile, ont posé les valises à Valencia.

Je les ai accompagné pour trouver un appartement avec une superbe vue, à Campanar.

D’où viens-tu, et que fais-tu ?

Je suis québecoise, mais j’habitais Paris depuis environ 15 ans.  Je suis chef de projet en informatique mais pour l’instant je ne travaille pas.  Je me concentre sur l’apprentissage de l’espagnol.  Je verrai mes options d’emploi plus tard une fois bilingue ou plutôt trilingue.

Pas trop difficile de quitter la France ?

Non, pas du tout.  La vie Parisienne n’est pas facile, la météo est généralement grise et déprimante, les gens sont difficile d’approche, le métro est sale et saturée sur presque toutes les lignes, l’atmosphère générale remplie de méfiance et de crainte.

Pourquoi Valencia ?

C’est simple, on voulait une grande ville avec la mer, il y a peu de choix.  En gros c’est soit Barcelone soit Valence.  Notre premier choix fut Barcelone, mais suite a une visite d’une semaine il a été claire que sans le catalan, c’est difficile de s’intégrer.  En plus, il y a trop de problème avec leur histoire d’indépendance, ça donnait pas envie. 

On a ensuite visité Valence aussi pour une semaine, le temps de bien s’imprégner de la ville, ses habitants, son atmosphère.  On est super content de notre choix.

Tu étais déjà venu à Valencia?

J’ai visite Valence 2 fois avant d’y habiter.  Une fois pour connaitre la ville et l’autre pour trouver un appart avec l’assistance de Sylvain (Expat-Valencia) vu que je ne parle pas l’espagnol.  Les deux fois m’ont laisse un sentiment d’appartenance, je ne m’y sentais pas étrangère malgré la barrière de la langue.

Depuis combien de temps es-tu ici?

J’ai fait des aller-retour plusieurs fois pour enfin m’installer en Juillet.

Est-ce que tu as eu des soucis pour t’installer?

J’ai eu des problèmes a obtenir mon NIE. ainsi qu’ouvrir un compte en banque. 

A Calle Bailen, ils m’ont refuse mon NIE disant que j’avais besoin d’un visa.  La vérité est que je n’avais pas besoin de visa, ils sont juste peu accommodant. 

Du coup, j’ai fait ma demande de NIE directement au Consulat d’Espagne a Paris et ce fut sans probleme et sans visa. 

Ensuite je devais ouvrir un compte en banque sans mon NIE.  J’avais déjà choisi une banque qui a refusé d’ouvrir un compte sans NIE. 

Sylvain a finalement trouve une banque (Sabadell) qui m’a ouvert un compte sans ce précieux NIE.  Merci Sylvain 🙂

Est-ce que tu as eu un choc culturel, et si oui as-tu un exemple ?

Pas de choc pour l’instant, la ville, les gens et la température sont tous super.  Mon niveau d’espagnol débutant permet de me faire comprendre, par contre c’est plus difficile de les comprendre.  Malgré ça, je me sens chez moi et je poursuis mes cours d’espagnole et je finirai bien par arriver a un niveau raisonnable.

Pas trop difficile de s’adapter à la vie valencienne?

Pour l’instant la vie valencienne pour moi consiste d’aller a mes cours d’espagnol tous les jours de la semaine et de faire quelques activités sur Meetup.

Pas si difficile de s’adapter même si on parle pas la langue, les gens sont en général plutôt accueillants.  Je conseille de prendre des cours rapidement, çà permet de rencontrer des gens et ne plus être isolée.  Et les activités sur Meetup permettent de faire des rencontres aussi.

À quoi ressemble ta journée type ?

Réveil a 7h30, Cours de 9h30 a 13h30, déjeuner a la maison, piscine si il fait beau, étude, diner ou sortie. 

Rien de passionnant, je suis plutôt casanière de toute façon.  Quand mon mari est venu me rejoindre on a multiplié les sorties et rencontré des gens sympas.

Qu’est-ce qui te plait le plus à Valencia ?

L’atmosphère général, les gens accueillants, la beauté de la ville, le Turia, la vie sociale et surtout la belle température.

La vie est-elle vraiment moins chère qu’en France ?

Cela dépend.  Pour les courses, l’immobilier, les restaurants c’est en général moins cher qu’à Paris. Par contre le système médical prive est plus onéreux, j’ai déboursé jusqu’à 150€ pour un spécialiste!  Je dois voir comment m’intégrer au système public. 

Pour les vêtements et chaussures c’est globalement les mêmes prix, même si certaines boutiques type Zara ont des prix plus bas que ceux qu’on retrouve a Paris.

Pour finir, tu as des conseils pour les futurs expatriés qui voudraient venir s’installer à Valencia ?

Prévoir de faire la demande de NIE directement du consulat Espagnol en France, çà prend 10 jours et c’est sans complication. Je connais un couple de français qui a eu beaucoup de problème a l’obtenir Calle Bailen, tout comme moi.  Ils ont finalement due faire leurs demande dans une autre ville.

Avoir son NIE avant d’arriver, il est nécessaire pour presque tout : location appart, achat voiture, accès internet, eau, électricité, …

Trouver un appart avant de venir et si possible prendre quelqu’un comme Sylvain pour aider a la recherche.   J’ai été très satisfaite de son service d’accompagnement et il m’a fait éviter des problèmes qui auraient pu m’empêcher de louer un appartement.

Sortir et rencontrer des gens pour éviter d’être isolé.  Encore une fois, www.meetup.com est un bon point de départ.

Apprivoiser la ville rapidement aide a s’y sentir chez soi.  Alors visitez, promenez vous un peu partout, et allez voir les différents quartiers.

Parler anglais peut être pratique.  La plupart des valenciens ne parle pas deux langues, mais quand c’est le cas, c’est souvent l’anglais.

Avoir une liste des médecins francophones et ne pas attendre a la dernière minute.  Sylvain propose quelques médecins qui parlent français dans cet article.  A savoir qu’il y a beaucoup plus de médecins qui parlent anglais.

Prévoir des cours d’espagnol si vous ne le parlez pas.

Prévoir beaucoup de vêtements d’été 🙂

Essayez d’avoir une chambre en plus, beaucoup de gens risquent de venir vous rendre visite.  Chez nous c’est un hôtel maintenant, presque toujours des visites.

Merci Véronique.


Véronique est québecoise. Dans son cas, il est effectivement un peu plus difficile d’obtenir le NIE que si l’on est membre de l’Union Européenne. Aussi, il est sage de vous rendre directement au consulat espagnol avant de venir à Valencia.

Leave a Reply