Loading
Professeur de Yoga française à Valencia

Portraits d’expatriés : Christel Gamsonré

Dans notre rubrique Portraits d’expatriés, nous donnons la parole à des expatriés venus s’installer sur Valencia et ses alentours.

Chacun vivant l’expatriation différemment, je trouve qu’il intéressant de comparer les expériences et le ressenti de chacun. De plus, ces témoignages peuvent également apporter des réponses aux visiteurs qui hésitent à franchir le pas.

Cette semaine, une expatriée arrivée depuis peu sur Valence (en juin 2017) : Christel Gamsonré.

Je l’ai aidé, elle et sa petite famille à s’installer à Valencia.

A priori, elle regrette pas du tout d’avoir posé ses valises à Valencia, à quelques pas du Turia.

D’où viens-tu, et que fais-tu ?

Je suis d’origine Burkinabé mais je vis à Paris depuis  30 ans. Après une formation commerciale et un parcours en temps que manager j’ai voulu donner à mon activité professionnelle un sens. J’ai  créé une société de cours de Yoga : Corzeham, ayant pour finalité d’apporter du bien être dans des lieux ou le corps est bien souvent oublié : entreprises, écoles, hôpitaux…

Par la suite, je me suis formée à la Kinésiologie afin d’aider les gens à se libérer de leurs stress profonds. Je suis donc thérapeute psycho corporelle.

Pas trop difficile de quitter la France ?

Pas du tout, j’ai grandi au Burkina Faso ou ma mère vit encore la moitié de l’année, je vivais à Paris ; ma sœur au Maroc, mon frère au Canada. J’aime les voyages et la découverte. J’ai passé ma vie dans les avions.

Est-ce que tu parlais espagnol avant de t’installer en Espagne ?

Mon compagnon est Espagnol et ne parlait pas un mot de français quand on s’est rencontré. Quand à moi j’avais un niveau scolaire. Il a donc fallu que je m’y mette rapidement si je voulais donner une chance à notre relation. Donc oui je parlais Espagnol.

Pourquoi Valencia ?

Mon compagnon était las de vivre en région parisienne et je voulais donner à mon fils une ouverture sur autre chose. J’adore l’Espagne ; le choix c’est donc porté sur Barcelone. Malheureusement nous n’avons pas eu de place dans les écoles françaises et lors de notre dernier séjour on a été affolé par le monde, le bruit et le stress sans parler du cout de la vie. On avait l’impression d’être à Paris !!

On a eu une place au Lycée Français de Valence et on est donc venu voir à quoi cela ressemblait. Je suis tout de suite tombée sous le charme du Turia et de tous ces espaces verts. J’ai ressenti une grande douceur de vivre.

L’installation a été hyper simple et fluide.

Tu étais déjà venu à Valencia?

Je n’avais jamais mis les pieds à Valencia ,ni même entendu parler de cette ville.

Depuis combien de temps es-tu ici?

On est arrivé en juin donc on est là depuis très peu de temps mais j’ai l’impression d’être chez moi. Même au niveau du climat ; l’été on se croirait au Burkina.

Est-ce que tu as eu des soucis pour t’installer?

Aucun souci d’installation grâce à Sylvain qui nous a trouvé le bon appartement et qui continue le service après vente.

Grâce à son site internet j’ai suivi pas à pas les démarches administratives et je crois que je suis presque à jour !

Est-ce que tu as eu un choc culturel, et si oui as-tu un exemple ?

Quelques chocs culturels auxquelles j’ai du mal à me faire : les administrations ouvertes jusqu’à 14h ; le déjeuner du coup à 14h ; beaucoup de boutiques et de restaurants fermés le samedi ; et je ne parle pas des horaires scolaires !

 

Pas trop difficile de s’adapter à la vie valencienne?

Franchement aucunes difficultés à part la chaleur et l’humidité. Les gens sont charmants et la vie est plutôt facile.

À quoi ressemble ta journée type ?

Ma journée type commence par une longue méditation puis un câlin à mon fils. Je le dépose à l’arrêt de bus de l’école française et je continue dans le Turia pour une longue marche et du Yoga.

Une bonne douche un petit déjeuner  et c’est partie pour créer mon activité. Trouvez la salle ou je pourrais exercer ; voir comment ça fonctionne ici. Le type de Yoga etc.

Je récupère mon fils à 17h et je l’emmène au foot ou jouer dans le Turia.On sort peu pour l’instant, on ne connait pas beaucoup de monde et pas facile de faire garder le petit bonhomme.

Je démarre mon activité ce mois ci de cours de Yoga en Français et mes consultations de Kinésiologie donc mon organisation va encore bouger.

Qu’est-ce qui te plait le plus à Valencia ?

Sans hésiter le Turia ! Mais c’est plus un art de vivre qui me plait. Une douceur ; ici les gens prennent le temps.

Je sens une ville riche culturellement et pleines de promesses.

La vie est-elle vraiment moins chère qu’en France ?

En terme de logement oui et aussi boire un verre ou ce genre de choses mais sinon non. Le téléphone est plus cher ; l’eau et l’électricité aussi.

Au niveau alimentaire la viande et le poisson sont moins chers mais pour d’autres produits c’est l’inverse.

Ceci dit je n’ai peut être pas encore les bonnes adresses.

Pour finir, tu as des conseils pour les futurs expatriés qui voudraient venir s’installer à Valencia ?

Qu’ils n’hésitent pas une seconde en sachant s’entourer à l ‘arrivée des bonnes personnes pour les accompagner dans leurs démarches.

 

Merci Christel ! Finalement tu as trouvé les mots 🙂


Vous êtes expatrié à Valencia depuis peu ou depuis des années, contactez-moi si vous souhaitez partager votre expérience. Vous pouvez également laisser un petit commentaire pour donner votre point de vue

Leave a Reply